Les petits mouchoirs de Guillaume Canet

 

Les doigts pleins de morve

Que dire sur LE succès commercial de cet automne…? Ben rien, sinon de passer votre chemin. Je n’ai vu que la fin de ces deux heures trente de conformisme racoleur, et croyez-moi, j’ai pleuré comme une madeleine. A priori, pas pour les mêmes raisons que les spectateurs : j’ai pleuré que ce soit ce genre de film qui draine autant de monde dans les salles obscures. J’ai pleuré de voir ces acteurs sans surprises verser des larmes de crocodile dans une interminable scène d’enterrement filmée à la truelle et noyée de musique soul. J’ai pleuré, et j’ai repensé au cinéma français que j’aime mais qui peine à rencontrer son public.

Non, vraiment, si vous voulez voir un film avec François Cluzet qui parle d’amitié et de deuil, procurez-vous le DVD de Fin août, début septembre d’Olivier Assayas (photo) et régalez-vous.
Les petits mouchoirs de Guillaume Canet, Fr, 2010 avec François Cluzet, Marion Cotillard…

Un commentaire

  1. Ping :Le blues du critique (épisode 1) | en revenant du cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *